Poussez madame poussez !!! Je vois la tête* !

*annonce non contractuelle

Non je vous rassure, je n’ai pas accouché, et je ne suis pas enceinte. Cet article ne parlera même pas de mon utérus, c’était juste pour appâter le chaland t’as vu !!! Un peu comme les pubs super alléchantes, avec de belles photos, un super éclairage et tout et tout, ou tu t’attend à avoir Henri Cavill et tu te retrouve dans la cave d’Henri à Lille, tu visualises ? ben voila, tout pareil ! Mais bon, maintenant que t’es là, ben reste, j’ai du vin chaud. Bon ok du vin. Mais j’ai du thé et du café aussi ^^

Il y a une chose dont je n’ai peut être pas parler ici, ou alors si, je sais plus, anybref, si j’en ai pas parlé, peut être que certain.es d’entre vous l’avait deviné, je ne suis pas seule dans ma tête (bon, okay c’est pas une surprise, mais c’était pas ça le sujet donc prout !) et je suis une inadaptée sociale.

Attention, je ne parle pas ici de Handicap, autisme, T.O.C. et autres joyeusetés hein ! Je dis bien « inadaptée ». Je suis comme Sheldon (TBBT) mais la super intelligence en moins.

Je n’aime pas les gens, ils me mettent mal à l’aise, je ne sais jamais comment me comporter avec eux, et j’ai donc beaucoup de mal avec les conventions sociales, et les interactions sociales. Après, j’ai de la chance, j’arrive à gérer sans que cela ne m’handicape. J’arrive à me forcer pour faire bonne figure.

Le problème c’est que je fais tellement bonne figure que personne ou presque ne se doute quels efforts me demandent d’interagir avec des humains irl et combien ça me coûte et même mon entourage (je ne parle pas ici de chéri, à qui je sais dire que je ne peux plus continuer quand ça devient trop dur) ne se rend pas compte de ce qu’ils me demandent parfois, ou juste de ce qu’ils attendent de moi.

En ce moment je suis fatiguée car j’ai besoin de vacances, et en même temps, je ne languissais pas les vacances car cette année nous partons en Alsace, avec belle-maman et beau-papa (9h de route aller et autant au retour), pour passer une semaine dans la joie et la graisse – euh l’allégresse chez la belle-sœur. Ce qui veut dire devoir supporter belle-maman enfermés dans la même voiture pendant 9h et là bas me taper un repas de Noël avec la belle-famille de la belle-sœur, à savoir un repas où on est 25 à table (dont je n’en connais que 5 – je suis en PLS)…

Rajouter à ça le mariage qui est certes dans 4 mois, et j’ai déjà ma robe et le lieu et quelques bricoles – et on ne sera que 18 adultes et 6 enfants – donc oui pas besoin de stresser, mais y a encore tellement à faire, et puis on a pas encore les alliances et chéri n’a pas encore son costume, et j’ai toujours pas réussi à avoir le notaire – et puis je ne suis pas encore redescendus du stress de l’annonce je crois…

Et mettez y un zeste de travaux dans la maison (agrandissement avec création d’une salle de bain avec WC pour avoir une suite parentale + ouverture d’une fenêtre dans le WC qui était dans la salle de bain actuelle et qu’on a fermé et isolé + couverture de la terrasse + piscine creusée + quelques autres bricoles d’embellissement) donc demande de crédit en juin, changement de banque, achats et réception des matériaux entre juillet novembre et maçon à la maison depuis novembre, tous les putains de soirs (bon normal il travaille hein, ce n’est pas sa faute à lui, je ne lui jette pas la pierre Pierre), avec qui je dois interagir, en plus c’est notre voisin, et un ami d’un ami, donc je ne peux pas l’ignorer et faire ma cliente asociale, et puis qui dis chantier de maçonnerie avec création (donc sans plafond jusqu’à présent – donc soumis aux aléas de la météo) dis gestion des petits soucis qu’on rencontre dans un chantier, des matériaux qui manquent, des corps de métiers avec qui le travail en équipe est compliqué, et Chéri qui ne rentre pas avant 19h minimum, autant vous dire que bibi elle doit gérer tout ça toute seule, comme une grande, le soir en rentrant du boulot…

Et ben tout ça fait qu’en ce moment j’ai l’impression de perdre pied, de me noyer dans un verre d’eau, et je me sens même pas légitime pour me plaindre parce que je ne suis pas en train de gérer des travaux (aussi) tout en fabriquant un bébé (qui est d’ailleurs prévue pour les fêtes d’année) moi, ou je n’ai pas à gérer la construction de TOUTE une maison alors que j’ai une enfant de 5 ans et un mari en maison de repos, ou encore parce que ce n’est qu’un agrandissement, je ne suis pas à la rue, en attendant.

OUI ! je sais bien tout ça !

Je sais aussi que dans quelques mois ce sera fini et cet été on aura une belle maison, avec une piscine et deux salle de bain et surtout 2 WC !

Et en plus, mes voisins bruyants (vous savez l’ancien DJ qui ne sait pas gérer ses basses et/ou se sent obligé de nous faire partager ses goûts musicaux de merde) ont vendus ! A un couple de retraités ! ils déménagent le 22/02/2020 !!!

Donc oui je sais que je dois encore prendre sur moi. Serrer les dents et les fesses encore un peu. Mais des fois c’est tellement dur et je me sens tellement naze de ne pas réussir à gérer ça, alors que d’autres sont des warriors à côté de moi, que j’ai juste envie de me planquer sous une couette et dormir, ou alors de hurler, hurler jusqu’à ne plus avoir de voix, hurler à m’épuiser, pour me vider de toute cette frustration accumulée en moi !

Mais bon … en attendant vous allez devoir supporter mes petits états d’âme, mais avouez que vous aimez ça !!! 😀

Publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Petite Sushie deviendra grande, Psychologie de comptoir | 1 commentaire

A la recherche de Sushie San

Il y a quelques semaines, j’ai lu « A la recherche d’Alice Love » de Liane Moriarty, je vous met le résumé BookNode :

« Il a suffi d’une chute de quelques secondes pour qu’Alice Love efface dix années de sa vie : lorsqu’elle se relève, avec une grosse bosse sur la tête, Alice est convaincue d’avoir vingt-neuf ans, d’être enceinte de son premier enfant, au comble du bonheur avec son mari, Nick, dont elle est folle amoureuse.

Or, Alice a trente-neuf ans, trois enfants et s’apprête à divorcer.

Que s’est-il passé ? Comment a-t-elle pu devenir cette femme autoritaire et obsédée par le sport (elle déteste ça !) ? Comment elle et Nick, son amour de toujours, en sont-ils arrivés là ? Pourquoi est-elle en froid avec sa sœur adorée ? En s’efforçant de reconstituer le puzzle de cette décennie oubliée, Alice découvrira si son amnésie est une malédiction ou une bénédiction… »

Et ça m’a fait réfléchir. Oui parce que vois-tu, je suis ce genre de personne qui s’identifie aux personnages de fiction (tous supports confondus) et qui se pose beaucoup de questions donc l’un dans l’autre.

Anybref, je me suis donc demandée qu’est ce que la Sushie d’il y a 10 ans (donc celle de 25 ans) ressentirai si elle était projetée dans ma vie actuelle ?

Déja premier truc, je pense que je ferai un AVC en découvrant mon corps, certes un poil plus mince, mais surtout couvert de tatouage 😀 je ne suis pas sure que je les aimerai autant, parce que je ne les comprendrai pas. Je ne saurai pas pourquoi, quel cheminement, de quelles expérience de vie en sont-ils le fruit ?

Ensuite ça veut dire aussi ré-apprendre et donc revivre la mort de mon grand-père, il y a 6 ans. Car si aujourd’hui j’arrive à penser à lui sans pleurer, c’est encore dur, alors revivre cette perte, je sais pas … seul point positif, cette fois je n’aurai pas à la surmonter seule !

Je découvrirai que j’ai repris mes études, obtenu un M1 et que je suis désormais juriste à LaPlanque.

Je n’aurai aucun souvenir de ma nièce, de la grossesse de ma sœur à ses premiers mois, puis ses premières années. La place qu’elle occupe dans ma vie. La joie d’être sa Tatie et sa marraine !

Je n’aurai aucun souvenirs non plus de ma BFF, ce soleil dans ma vie, une des lueurs dans mes ténèbres. Ce qu’elle m’a apporté depuis qu’elle m’a accordé une place dans son univers. Grace à elle j’ai appris à m’aimer, à me dépasser, à sortir de ma zone de confort. J’aurai oublié que je suis capable d’organiser un EVJF, faire un discours à un mariage et m’inscrire à un stage intensif de sport de 9h, sans parler de l’initiation au pôle dance et à la danse exotique.

Je serai contente d’avoir un chat, mais je ne pense pas que je pourrai l’aimer autant, ce ne serait pas mon bébécoeur, parce que 7 ans d’amour et de câlin, et nombre nuits où il a été mon seul rempart à la solitude des nuits sans chéri.

Chéri parlons en. Alors je pense que je serai triste d’apprendre que j’ai toujours pas d’enfant et encore plus en comprenant que je n’en aurai jamais, encore un deuil à faire, mais je serai contente d’apprendre qu’on s’est pacsés, qu’on a acheté une maison, et qu’il vient de me demander en mariage (oui oui, tu as bien lu !!! une petite pause s’impose :

MIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII MIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ♥♥♥♥♥♥♥♥ )

Mais est-ce que je ne gâcherai pas tout ? Et puis, à quand exactement je me positionne ? avant ou après l’été 2009, parce que si c’est après, ça veut dire être encore pleine de colère, de ressenti, de frustration, de déception. Alors qu’aujourd’hui j’ai dépassé tout ça, j’ai conscience que j’avais sur-réagi le truc. Que je voyais les choses à travers le prisme de mon manque de confiance en moi et en lui. Mon désamour pour moi qui m’empêchait de croire qu’il puisse m’aimer, qui me faisait me dire qu’il partirait quoi que je fasse, que ce n’était qu’une question de temps, que je ne méritai pas d’être aimée et heureuse.

Je ne suis plus la SushieSan de 25 ans, et chéri n’est plus celui de 23 ans. On a changé, évolué, grandis ensemble. Comme son BF lui a dit vendredi, quand il lui a demandé d’être son témoin (MIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ♥♥♥) : on s’est bonifié l’un l’autre, et pour rien au monde je ne voudrai oublier la dernière décennie.

Parce que oui j’ai eu des peines, des colères, des peurs. J’ai vécu des pertes, des remises en questions, des réajustements.

Mais j’ai aussi connu des joies, des fiertés, j’ai expérimenté d’être couverte d’amour et de m’autoriser à l’accepter et à aimer ça.

Ces 10 dernières années n’ont pas été toujours rose, mais elles m’ont permis d’être celle que je suis aujourd’hui.

Je ne veux plus être la Sushie de 25 ans, je ne veux plus d’une vie que je m’impose. Je ne veux pas oublier hein, mais c’est mon passé, une des pierres des fondations de ma vie de maintenant.

J’aime la Sushie de 35 ans et j’aime sa vie. C’est celle que j’ai choisi.

Publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Petite Sushie deviendra grande, Psychologie de comptoir | Laisser un commentaire

C’est la chtouille ? Non des morpions connasse !

Ça fait un moment que ça me gratte, comme une petite démangeaison par ci, un élancement par là. Des fois juste en bruit de fond, des fois plus intensément. Et puis c’est pas le bon moment, le bon timing, ou le bon lieu, ou alors j’ai pas le temps ou l’énergie ou juste je me rappelle que j’ai mieux à faire, ou juste que ça n’intéresse personne.

Et puis faut vivre avec son temps, la mode c’est les Vlog. Non mais sérieusement ?!!! J’ai déja pas beaucoup de lecteurs, je vais pas en plus leur infliger ma voix ! ou ma tête et mon corps de rêve !!! Non parce qu’après vous allez tous tomber follement amoureux.ses de moi et bon, on va pas se mentir ça risque d’être gênant, enfin surtout pour vous !!!

Et puis je me suis dit que justement vu que ça n’intéresse pas grand monde (parce que bon hein, on va pas se mentir, ma communauté est pas super dense, mais bon elle est de qualitay !!!) c’est l’occasion, pas besoin de me limiter, de me censurer, je peux parler librement de tout ce qui me passe par la tête. Comme avec ma psy. Vu que je ne vais plus la voir, c’est l’occasion. Peut être que ça me ferait du bien de raconter mes folles aventures ici. Oui, parce que bon hein, après tout, j’écris avant tout pour moi ! Et si au passage je peux vous faire sourire/rire alors c’est bon !

Et puis ça me permettra de me décharger de mes pensées négatives, et ça c’est cool, mais ça peut aussi me permettre de noter les jolies choses, les douces, les tendres, les qui-te-font-du-bien de t’en rappeler, parce que bon, autant mon cerveau s’obstine à vouloir stocker des trucs que je préférerai oublier, genre le jour où j’ai surpris mes parents en pleine action sur le canap’ de notre salon à l’époque – qui a envie de se rappeler de ça sérieux ?!!! et ne faites pas genre, je suis sûre que ça vous ai déjà arrivé, et sinon et ben lucky you !!! (mais du coup vous avez visualisé la chôse hein ?!! mwahahaha ! je suis machiavélique !!!)

Qu’est ce que je disais du coup ? Oui mon cerveau ce traître ! autant donc il s’obstine à stocker et surtout à me faire resurgir des trucs que je préférerai oublier – et autant te dire que c’est jamais au bon moment en plus, sinon ce serait trop simple – autant il a tendance à occulter les jolies choses, et du coup ben quand je broie du noir, et ben je n’ai pas ces petites lucioles d’espoir ! et comment dire que ces petites lucioles elles me manquent, mais genre vraiment. non mais VRAIMENT parfois souvent.

Du coup je me suis dit pourquoi pas ?!

Publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Je suis une biatch comme les autres, Petite Sushie deviendra grande | 2 commentaires

J’ai testé pour vous …. les serviettes hygièniques lavables

(article non sponsorisé. Oui on s’en doute bien, vu ma petite communauté, je suis pas une influenceuse, et en même temps, ça tombe bien, j’aime pas les gens, je trouve qu’on est mieux comme ça, entre nous ^^)

Comme le titre l’indique, j’ai essayé les serviettes hygiéniques lavables.

Déjà parce que j’essaie de réduire mes déchets, même si en la matière, j’ai encore beaucoup de chemin à faire, mais aussi et surtout pour des raisons économiques !

Bon, j’avais déjà quasiment supprimé les tampons, puisque j’étais passé à la cup, dont je suis très satisfaite, mais comme je n’ai quasiment plus de règles depuis quelques années (grâce à mon stérilet), je n’utilisais plus que des protèges slip (pour les spots), et de temps en temps une serviette quand mes règles décidaient de se pointer pour une journée.

Du coup quand je suis tombée sur cette pub pour des serviettes lavables, je me suis dit pourquoi pas.

J’ai commandé un protège slip et une serviette normale (il existe également la version : flux important, nuit et incontinence. Personnellement je n’ai commandé qu’un seul exemplaire de chaque, mais il est possible de commander par lot, pour celles qui utilisent les serviettes comme protection quotidienne/périodique.)

Alors déjà le design est mignon. Mais à la limite ça c’était pas ce que je demandai. Elle va être dans ma culotte, personne la verra. Et puis sincèrement, qui drague avec ses serviettes hygiéniques ? Personne ! T’imagines : « Hey salut beau gosse, tu veux vois ma serviette hygiénique lavable ? Oh oui, fais moi rêver beauté ! » Personne. Jamais.

Ensuite niveau taille, elles ne sont pas plus grandes que des serviettes/protèges slips normales.aux . Et ça c’est bien. Parce que bon, déjà à la base c’est pas super sexy une protection hygiénique, si en plus on doit la voir à travers le pantalon, ou la sentir toute la journée comme une couche, no way !

Le système d’attache surprend, étant donné que c’est un bouton pressoir des rabats de l’autre côté de la culotte, elle n’est pas « collée » à l’intérieur, du coup la première fois, j’avais peur qu’elle bouge dans la journée, mais non, ça c’est bien passé, et puis on finit par s’y habituer.

Concernant l’entretien enfin, je la rinçais tous les soir avec un d’eau froide et du savon de Marseille ou de la lessive à la main, si elle n’était pas tachée, et la laissait sécher avant de la remettre. Et je les ai mis dans mon lave linge avec ma machine, puisqu’elles se lavent en machine à 30°.

En résumé, je ne suis pas du tout mécontente de mon achat, et vais même me recommander un exemplaire de chaque, pour tourner.

Et vous ? Vous avez testé ? Pas osé sauter le pas ? Vous avez des questions avant de vous lancer ?

Publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Fratras, Je suis une biatch comme les autres | 2 commentaires

I love you babyyyyy nananananaaaaanannanaaaaa

(oui je chante faux, même à l’écrit ! Donc si t’arrives à retrouver la chanson, ben t’es balaise !!!)

La vache !!! Ca fait un bail que j’ai pas écrit didon !!!

Faut dire que l’année 2018 est passé à une vitesse phé-no-ménale !!! D’ailleurs on est déja le 12 janvier 2019 et je m’en remet toujours pas !

Bon en même temps, il s’est pas non plus passé des milliers de choses dans ma vie hein !

2018 a été l’année des tatouages : 5 (dont 1 qui a duré 3 séances), je vais donc (normalement) ne pas me faire tatouer avant un moment … enfin je dis ça … Chéri a rendez-vous mardi aprèm et de là à ce que je craque de nouveau en 2019 … 😀

2018 a aussi été l’année du tunnel de la dépression pour moi. J’avais perdu la joie de vivre et la capacité à voir (et croire en) la magie du quotidien.

Mais je recommence petit à petit, à ré-apprendre à danser sous la pluie. C’est pas facile tous les jours, quand on vis dans le noir, revoir la lumière ça fait mal aux yeux, du coup on a des taches qui nous troublent la vue, mais peu à peu on s’habitue à la lumière du jour, pour ne plus voir qu’elle. Je n’en suis pas encore là, mais je sais que j’y arriverai un jour. Je suis bien entourée. J’ai trouvé un équilibre. Et puis, ben j’ai décidé d’apprendre (oui oui d’apprendre. Parce que ré-apprendre, ça implique d’avoir su un jour, ce qui n’est pas mon cas) à m’aimer.

J’ai hésité à fermer ce blog et à en ouvrir un autre. Et puis je me suis dit que non, parce que ben je suis toujours Sushiesan, c’est juste que je suis un bébé poupée-arc-en-ciel en plus. Et puis c’est pas pour le peu de lecteurs que j’ai hein ^^ (on va pas se mentir).

Je vous promettrai bien d’écrire plus souvent, mais … disons que quand je fais une promesse je la tiens Tel Est Mon Nindo et celle-là je ne suis pas sûre de la tenir donc bon …

Je vous souhaite une bonne année 2019 ! Pleine de joie, d’amour, de rires, de sourires, de câlins, de tendresse, de bulles (qu’elles soient alcoolisées, chaudes, de bave ou savonnées), de sexe (seul.e ou à plusieurs – chacun sa came – l’essentiel est de jouir de la vie !), d’amis, d’amoureux.ses, de bébé-pas-humains, de réussites, de satisfactions et de réalisations !  (tiens j’aime bien ça ! je vais l’utiliser pour souhaiter mes voeux tiens !!!)

Publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Fratras, Je suis une biatch comme les autres, Petite Sushie deviendra grande | 2 commentaires

Ça – IL est revenu

IL y a des auteurs comme CA, qui nous berce depuis notre enfance, et qu’on continu à lire adulte.

Pour moi c’est Stephen KING ! KING est mon auteur préféré ! Je n’ai pas encore TOUT lu de lui, mais soit c’est en attente dans ma PAL, soit c’est en attente d’achat (mon dernier achat est Dr Sleep je crois, oui je sais j’ai du retard !).

Depuis que j’ai une liseuse, je n’achète presque plus de livres papier. CA prend de la place, et je ne les relis jamais en général. Du coup j’ai sélectionner mes auteurs, et j’achète lors des sorties poches.

KING est l’auteur que j’ai refusé DIRECT de ne plus acheter. Déjà que je n’ai pas tous les 1ers romans lus mais empruntés à la bibliothèque municipale, ou aux copines, je veux tous les derniers, et j’achète les 1ers en occasion, sur des vide greniers.

IL y a encore peu, si l’on me demandait mon auteur préféré je disais KING, mais si l’on me demandait mon livre préféré de lui, je ne savais pas. IL y en avait trop.

J’ai découvert les livres de KING tard (comme tous le reste en fait, à croire que ma vie a commencée au lycée) et le 1er que j’ai lu de lui était Carrie. Puis j’ai enchaîné avec Jessie, et je n’ai plus arrêté.

Mes gros coups de cœur ont été, jusque tard : CARRIE, CHARLIE, et LE TALISMAN DES TERRITOIRES.

Et puis, pour mon anniversaire, en 2008, Chéri m’a offert CA (tome 1 et 2).

CA, je connaissais le téléfilm. Qui représente pour moi TOUTE ma jeunesse. Sorti en 1990, diffusé pour la 1ere fois sur M6 en 1993, j’avais donc 9 ans quand je l’ai vu pour la 1ere fois.

J’ai toujours adoré les films d’horreur. Je les regardais avec mon père. Le 1er que j’ai vu, je devais 5-6 ans grand max, c’était Les Clowns Tueurs venus d’ailleurs. J’avais adoré. Le film mais surtout cette sensation de peur, ces frissons, tout en sachant quelque part que c’est « pour de faux », que quand l’écran s’éteindra ce sera fini !

Avec CA, c’était autre chose. J’avais peur mais en même temps j’étais fascinée. Par ces gosses. Leur courage. Leur force. Leurs liens.

Bill a été mon 1er amour de pré-adolescente. Le personnage et l’acteur qui l’incarnait !

Chaque fois que je prenais mon vélo, pour aller dans les rues de mon village, je m’imaginais sur Silver. Et même aujourd’hui, 25 ans plus tard (ouuuh plus que 2 ans avant son retour), pendant nos ballades en garrigue avec Chéri, je m’imagine gamine dans les friches.

Avec CA je n’avais pas peur, parce que je savais que même en étant qu’une gosse, je pouvais vaincre des monstres, avec juste du courage et de l’envie ! Et ce malgré la peur. Parce que OUI avoir peur est normal quand on est gosse, mais CA ne veut pas dire qu’on est faible !

Et puis l’acteur qui joue PennyWise (GrippeSous en version française) etait juste fabuleux dans ce role !!!

CA passait chaque été, sur M6 et chaque été je le regardais.

Mais je n’avais jamais lu CA. Je ne savais même pas à l’époque que c’était adapté d’un livre de Stephen KING.

Et donc en 2008, Chéri m’a offert les romans. Que j’ai dévoré. Que j’ai encore plus adoré que les films. Pour la première fois de ma vie, j’avais peur avec un livre, même en connaissant la fin, et pour autant je n’avais pas envie de l’arrêter.

Mais là encore je ne réalisais pas combien cette œuvre comptait pour moi.

Et puis l’année dernière (2017) IT est sorti au cinéma. Le reboot. Dès l’annonce déjà j’étais excitée comme une puce, et en même temps pleine d’appréhension, car j’avais peur qu’ils dénaturent l’œuvre originale.

Et puis j’aimais pas le design du nouveau PennyWise. Trop malaisant !

Mais je voulais quand même le voir, alors j’ai relu les livres. Pour la 1ere fois de ma vie, je relisais un livre (2 d’ailleurs pour le coup) que j’avais déja lu. Et j’ai retrouvé avec plaisir mon club des ratés. Mon PennyWise, mes frissons.

Je ne suis pas retombée amoureuse de Bill, parce que je n’ai plus 9 ans, que j’ai évolué, et qu’aujourd’hui je suis une femme à tomber amoureuse de Richie et de Ben (Ben qui était l’adulte que je trouvais le plus beau dans l’original – Bill etait pas beau adulte), plus proche de la Sushie Enfant. D’ailleurs, Chéri est un mix de Ben et de Richie, comme quoi hein …

Alors j’ai regardé le Reboot.

J’ai aimé et je n’ai pas aimé.

J’ai aimé les enfants acteurs, qui jouent super bien ! Espérons que les adultes seront à la hauteur du jeu de leur cadets. J’ai aimé les références au livre que je ne me rappelle pas avoir vu dans le téléfilm. J’ai aimé le jeu d’acteur de Bill Skarsgård, j’ai sur-kiffé Richie et Eddie, et Ben ! Et j’ai aimé la mort de Georgie ! (cinématographiquement parlant j’entends hein !)

J’ai pas aimé certaines adaptations qui n’apportaient rien à l’histoire (l’histoire de Mike par exemple), j’ai pas aimé l’acteur qui faisait Bill (que je trouvais un peu fade à côté des autres), j’ai trouvé l’actrice qui fait Bev mimine, mais j’ai trouvé dommage qu’elle ait les cheveux courts, et je la trouvais moins charismatique que l’actrice du téléfilm (après le couple charismatique de mon enfance a peut être été mis sur un pied d’estal avec le côté madeleine de proust, je sais pas).

En fait pour conclure sans spoiler, j’ai trouvé que c’était un bon film d’horreur, avec un méchant effrayant, si on on ne fait pas le comparatif avec le téléfilm et les livres.

Avant de voir le reboot, j’avais relu les livres mais j’ai pas réussi à revoir le téléfilm original. Pourtant il paraît qu’ils l’ont repassé souvent sur NT1, pour la sortie ciné du reboot.

J’étais donc chafouine. Un peu !

Des fêtes des mères de quand j’étais enfant, je me rappelle pas tous les cadeaux que j’ai fait à ma mère. Mais quand on me dis fêtes des mères, c’est toujours le même souvenir qui remonte à la surface : un samedi matin (à l’époque on était à la semaine de 4 jours, mais on avait cours 1 samedi par mois – je crois), je suis à l’arrière dans la voiture, je tiens précieusement mon cadeau (un tube avec des sables de couleurs différentes superposées). Et ce soir là, j’ai regardé (pour la énième fois) CA à la télé. Du coup, à chaque fois qu’on me dit fêtes des mères, je pense à CA.

Avec Chéri, on a décidé de ne pas avoir d’enfants, du coup on a décidé de s’offrir des cadeaux de fêtes pères/mères sans enfants humains (on s’offre des cadeaux de la part de notre chat quoi – et alors ? En même temps ces des fêtes commerciales et puis on fait ce qu’on veut !).

Et devinez ce que j’ai eu cette année, de la part de mon BayBayChat ??? Le Bluray de CA !!!!

Miiiii j’étais trop contente !!!!

Du coup, j’ai raconté cette anecdote de la fêtes des mères associée à IT à Chéri après qu’il m’ait offert le cadeau et on en a déduit que la boucle est bouclée, non ?!!!

Publié dans Petite Sushie deviendra grande | 2 commentaires

Let the sunshin

Hier je me suis fait tatouer, j’ai passé la journée avec une pepette souriante et débordant d’une joie de vivre tellement rafraîchissante. Rencontré des gens si loin de mon univers que c’était captivant de connaissances. Trouvé le cadeau d’anniversaire de ma BFF. Finit la soirée en beauté avec Pennywise et aujourd’hui j’ai glandé sur le canapé avec mon amoureux devant la télé. Et ça fait du bien!

Oh bien sûr l’angoisse était là. Comme tous les jours depuis des mois. Mais ce n’est pas ce que je retiendrai de ces deux jours. Parce que je refuse que mes pensées parasites ne me définissent. Qu’elles me gachent plus la vie qu’elles ne le font déjà!

Alors demain quand on me demandera si j’ai passé un bon week-end je pourrai répondre oui ! Au lieu du sempiternel « ca va ». Parce que ma foi, c’était un bien bon week-end 😍

Publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Fratras, Psychologie de comptoir | 2 commentaires