Three years ago

Ce matin sur mon facebook, la famille du côté de mon père se fêtait la St Joseph, qui est une fête en Espagne (ben quoi ? sushis, paella, on est des bouffeurs de riz, s’pareil !) et je me suis donc rendue compte qu’on était le 19 mars.

Il y a 3 ans, jour pour jour, j’enterrai mon grand père seule, parce que Chéri n’était pas à mes côtés, son patron ne l’avait pas laissé rester sur place pour prendre sa journée, ou alors il ne l’a même pas demandé, je n’en sais rien, le résultat est le même, il n’était pas là pour moi, dans cette épreuve.

Mon grand père est décédé le 15 mars 2013. J’étais au boulot quand je l’ai appris et j’ai donc immédiatement appelé Chéri (qui était en déplacement) en recherche de réconfort. Sauf qu’il m’a envoyé chier quand il a décroché, parce que je le dérangeais dans son boulot. Il s’est radouci immédiatement quand il a su l’objet de mon appel, mais le mal était fait. J’avais eu besoin de lui, et il n’avait pas été dispo.

Le soir, il m’a annoncé qu’il ne serait pas là pour l’enterrement, parce qu’il devait partir en déplacement en Savoie (nous on habite dans le sud, entre les cigales et les flamands roses) et qu’il ne pouvait pas juste prendre sa journée. C’était un vendredi soir, et il est resté avec moi au lieu de partir en soirée avec ses potes, pour me soutenir, mais c’était trop tard. Il venait de m’abandonner une deuxième fois dans la même journée, en pleine tempête.

Le mardi 19 mars 2013 j’étais donc seule avec mon chagrin. Oh bien sur la journée j’étais en famille, mais ce n’était pas moi qui venait de perdre mon père, il fallait donc que je me montre forte pour soutenir le mien.

Il fallait ravaler mes larmes, faire bonne figure, faire fi des habituels discours convenus, alors que j’avais qu’une envie c’est gueuler « allez tous vous faire cuire le cul ! » parce que « les gens ne sont pas responsables de ton malheur et de ta tristesse ». Quoi qu’ils fassent, rien ne pourra enlever ce vide, mais c’est pas leur faute, je ne pouvais pas leur reprocher leur condescendance.

La journée n’était pas le pire. Le pire ça a était le soir, lorsque je suis rentrée seule chez moi, quand j’ai enfin pu ouvrir les vannes, quand j’aurais pu me reposer sur une épaule aimante, et que je n’ai rencontré que le silence vide de ma maison.

Il y a 3 ans, j’ai enterré le seul grand père que je n’ai jamais connu. Celui que je voyais une fois par semaine minimum depuis ma naissance. Celui dont j’étais la petite fille préférée et j’ai du faire ça seule.

J’en ai beaucoup voulu à Chéri, même si ce n’était pas sa faute. Même en essayant de me raisonner. Je lui en ai voulu de ne pas avoir été là pour moi quand j’ai eu besoin de lui. C’est mesquin, je sais, mais c’est comme ça. Aussi moche soit-il.

Hier je parlais des avantages et des inconvénients d’être en couple, et enterrer un proche est une épreuve au cours de laquelle être en couple aide, à se sentir entouré, réconforté, ou juste soutenu.

Je sais bien que je ne suis pas la seule personne à avoir enterrer un proche seule, mais le faire seule alors que je suis censée être en couple, ça m’étouffe de rage et de tristesse, même aujourd’hui, 3 ans plus tard.

Chéri et moi on a eu des hauts et des bas en 10 ans, et je mentirais si je disais qu’il est le premier et seul homme à m’avoir déçu. Comme tous les hommes de ma vie en fait. Il y a certaines déceptions plus amères que d’autres, des choses que j’ai pardonnées parce que ce n’était pas vraiment sa faute, parce qu’il est humain et donc imparfait et aussi et surtout parce que je l’aime, ou parce qu’il faut aller de l’avant, faire des choix, s’y tenir, et choisir ses combats. Mais le 19 mars 2013 est une des plus grosses déceptions que j’ai eu en 10 ans de couple, et le fait de ne pas être légitime à lui vouloir ne m’aide pas à passer à autre chose. Je garde cette rancœur, quelque part au fond de moi parce que je n’ose pas l’extérioriser, par culpabilité, parce que je ne veux pas être égoïste.

Je n’y pense pas constamment, mais des fois, des jours comme aujourd’hui, elle revient, la petite voix perfide, celle qui te rappelle combien tu étais mal et la douleur et la peine ressentie alors que personne n’était là pour éponger tes larmes. Je n’avais personne que Chéri et ma famille ce jour là. Ma famille avait besoin de gérer sa propre tristesse, Chéri n’était pas là. Du plus loin que je me souvienne, en une trentaine d’année, je ne me suis jamais sentie aussi seule que ce jour là, seule face à ma peine.

Ce matin j’ai lu sur facebook qu’on était la St Joseph et cet après midi à 14 heures j’ai percuté. On est le 19 mars. La St Joseph. Il y a 3 ans j’enterrais mon grand père. Aujourd’hui Chéri est en week-end à Paris, avec sa soeur.

Je ne lui en veux pas. Il était là les autres années, ou du moins je n’ai pas ressenti le manque de présence à mes côtés.

Cet après midi je l’ai passé avec ma copinette libraire, à prendre le soleil, à essayer de ne pas me retrouver seule pour ne pas penser, parce que je sentais les larmes menacer. J’ai eu envie d’acheter un gateau, parce qu’Il était gourmand et que je ne veux pas penser à lui en laissant la tristesse m’envahir, mais plutôt en me rappelant la joie de l’avoir à mes côtés. Et puis les boulangeries étaient fermées, et après je n’ai plus eu le courage d’y aller.

Et maintenant, rentrée chez moi, seule, avec mon fils je me prend à pleurer sur mon pc. Alors je laisse les larmes couler, parce que c’est libérateur, et que de toute façon je n’ai de compte à rendre à personne, je n’ai pas à me justifier de mon coup de blues, je n’ai pas culpabiliser d’imposer ma tristesse à mon entourage, ou de casser l’ambiance.

Je me laisse pleurer parce que je n’ai rien d’autre à faire pour me changer les idées, pas d’amis que je me sens pourrais appeler, et que je sais que quand je n’aurais plus de larmes, la vie reprendra son cours. Je me lancerai un film, ou une série, et j’irai me coucher, demain est un autre jour.

Et demain, promis, ça ira mieux !

Après tout, The Show Must Go Oooohoooon !

Publicités
Cet article a été publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Petite Sushie deviendra grande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Three years ago

  1. walaziz dit :

    Il y a intérêt que ça aille mieux dès demain.
    Sinon je boude. 😐

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s