I’m sexy and i know it

Dans cet article je te disais que si je me retrouvais célibataire, j’allais galérer à retrouver un ptit cul l’amûûûûûr si je devais utiliser les sites de rencontres. Comme je te le disais, je ne suis pas le genre fille-trophée que tu exhibes en soirée parce que c’est trop une bombe tavuuuu. Je n’ai pas un gros compte en banque, ni un réseaux de connaissance super étendue et en soirée, je ne suis pas intellectuellement intéressante, c’est à dire que je ne suis pas le genre de fille à étaler sa science et sa culture G (comme le point). Je suis plus le genre à écouter qu’à parler. Pas que je n’ai rien à dire, mais plutôt que je suis tellement peu sure de moi, j’ai tellement peur de raconter une connerie que je vais pas prendre la parole. Je vais participer aux conversations hein, je ne vais pas me retrancher dans un coin et grogner sur tout ceux qui m’approche (sinon j’y vais pas à la soirée), mais je vais rarement en être l’instigatrice, et si quelqu’un dans l’assemblée semble plus calée que moi, ou parles juste plus, je vais laisser la parole.

Bref je ne vends pas du rêve en matière de séduction en soirées mondaines. J’ouvre rarement la bouche, du moins pour parler (gné hé hé)

Je sais que je ne suis pas une taupe modèle (<= blague de merde ===> ok je sors), et pour reprendre les termes d’un de mes ex sexfriend je suis pas jolie mais je pue le sexe – en vrai ces termes exacts étaient plus dans le genre « t’es pas une jolie fille mais t’as un corps qui appelle au sexe ». Mais comme j’ai pas non plus les mensurations d’un mannequin ou d’une star du X slash j’ai pas de gros seins et un ptit cul (les proportions chez moi sont plutôt inversées), cette phrase sans explications pouvait être mal comprise, j’ai donc explicité les termes pour ne garder que l’essence de la phrase (t’as vu comme je parle trop bien le dimanche matin ^^). Bref je ne suis pas sure de moi physiquement ou intellectuellement mais je suis et j’étais toujours été sure de ma sensualité.

La première fois qu’un garçon a fourré sa langue dans ma bouche j’avais 16 ans, et le premier qui m’a fourré tout court j’en avais 18. L’avantage quand tu accède au St Graal tard comme moi, c’est que ça t’a laissé pleiiiiiiin de temps pour découvrir ton corps et ta sexualité par toi-même, du coup tu sais ce que t’aimes ou pas. J’ai été pubère à une époque ou l’accès à la pornographie était moins facile, et j’ai donc fait mon éducation sexuelle avec de la littérature érotique (à 16 ans je lisais ça ou ça donc c’est sur que quand tu découvres à 30 ans cinquante nuance de grey tu te dis mouais bof) et les radios libres, ce qui était quand même plus sain que cet accès facile et non contrôlé à la pornographie qui fausse le rapport des jeunes à la sexualité en déformant l’image de la femme la rabaissant à un simple objet sexuel asservi et même pas sexuellement assouvie, mais bon là n’est pas le débat.

J’ai aussi l’avantage que mon premier amant, l’Ex (avec un grand E et une grosse Bite mais moins que son ego…) n’ait pas été qu’un coup d’un soir, et qu’il m’ait initié à tous les plaisirs à deux (mais pas à trois, dommage). De plus, je n’ai jamais été prude, je pars du principe que là ou y a de la gène y a pas de plaisir, et surtout que ton partenaire qu’il soit un plan Q ou une relation de plusieurs jours/mois/semaines/années (quoi qu’avec le temps tu finis par savoir ce que l’autre aime ou pas dans l’ensemble) n’est pas dans ta tête et que si tu ne lui dis pas ce que t’aimes ou pas, et comment t’aimes les choses, il pourra pas le deviner. Toutes les femmes, comme tous les hommes, ne sont pas pareil(le)s. Bon le clito est monté de série sur tous les modèles, mais après certaines seront plus clitoridienne, d’autres plus vaginales ou encore anales. Certaines vont s’enflammer si tu leur caresse/malaxe les seins ou mordille les tétons, d’autres n’aimeront même pas que tu leur effleure la poitrine. Les zones érogènes sont peut être les mêmes partout, mais le degré d’excitation causée par la sollicitation desdites zones sera différent selon la personne, donc le seul moyen de prendre son pied c’est de commu-niquer. Et ça c’est un truc qui ne m’a jamais gêné qu’importe le mec que j’avais dans mon lit et la relation qui nous unissait.

Après, aspect non négligeable, j’aime le sexe. Pas dans le genre nympho qui va sauter sur tout ce qui bouge, mais j’aime prendre et donner du plaisir. Je connais et suis à l’écoute de mon corps, et j’aime découvrir et « écouter » le corps de mon partenaire, détecter ses changements de respirations quand un truc lui plaît plus qu’une autre, sentir son excitation, en jouer. Parcourir son corps, le sentir, le gouter. Apprendre ce qu’il aime ou pas. Bref l’amour ca se fait à plusieurs et on est pas seul à jouer, c’est donc plus funny fun si tous les participants s’éclatent.

Ce que je veux dire dans cet article qui pars un peu dans tous les sens comme un ex-taulard dans une pucelle après 20 ans de taule c’est que mon arme de séduction a toujours été ma sensualité. Et des fois, ça me manque un peu.

Je veux dire j’aime Chéri, plus que tout, j’ai fait et accepté des choses pour lui que je n’avais jamais et que je n’accepterai jamais plus d’un autre, je ne suis jamais allé voir ailleurs et ne compte pas commencer maintenant. Mais soyons réaliste, après 8 ans ce n’est pas avec ton cul que tu gardes une personne. Notre relation, heureusement sinon ce serait malheureux et bancal, a évolué, s’est approfondie, nous partageons plus que notre lit. Sexuellement il me comble toujours autant, mais il m’apporte bien plus que ça et sur tous les autres plans.

Mais j’avoue que des fois, la trentaine aidant à la nostalgie surement, je regrette les jeux de séduction. Ce moment où tu choisis ta proie parce qu’il est mignon, qu’il te fait rire et qu’il a ce petit truc, tu ne saurais dire quoi, qui te fait Graou, ce je-ne-sais-quoi qui te fais dire « oh putain Toi je te veux, et sans tes fringues ! ». Et puis il y a ce moment où tu sens qu’il n’est pas insensible à ton charme clic alors c’est des sourires, des regards échangés clic puis des petits sous-entendus (ouais je suis trop une fille concupiscente moi :-p) clic puis des messages échangés qui petit à petit revêtent de plus en plus de double sens clic c’est des petites blagounettes qui ne font rire que vous clic puis le rapprochement dans l’espace indétectable mais néanmoins présent clic puis les contacts physiques rapides mais de plus en plus nombreux, légers comme la plume ou plus appuyés comme un main sur le bras ou dans le dos clic clic ton regard qui se vrille au sien et se verrouille clic clic clic tout ton corps qui crie JE TE VEUX LA MAINTENANT TOUT DE SUITE clic clic clic alors je sais pas comment ça se passe réellement est-ce que mon sourire s’élargit, est-ce que ma respiration s’accélère, est-ce que mes yeux se voilent et deviennent plus clairs (whouaaa comment je parle trop bien, on dirait une romancière de romans érotico-gnagnan), je ne sais pas comment j’envoie les signaux que j’envoie, je n’ai jamais posé la question, je ne sais même pas si l’autre en a vraiment été conscient non plus, je sais juste qu’il y a CE moment où je sens que tout se met enfin place clic clic clic ce moment « faut que t’arrêtes de me regarder et de me sourire comme ça sinon je te saute dessus » clic clic clic ce moment où je sais que ni lui ni moi ne pouvons plus lutter clic clic clic ça va se finir comme cela devait se finir, nus et transpirants clac. Le sexe en lui-même c’est cool, mais c’est CE moment qui me manque et que je ne revivrai jamais plus. CE moment où pour une fois dans ma vie je me sens toute puissante. CE moment où mon cerveau se vide entièrement. CE moment qui clôture le jeu de séduction et amorce l’acte sexuel. CE moment où tu es TOUT ce qu’il veut et ou il es TOUT ce que tu veux. CE moment ou tu te sens désirable, désirée, irrésistible. CE moment éphémère mais électrifiant. CE shoot d’adrénaline et de désir.

Être en couple c’est bien, parce que ça t’apporte une stabilité émotionnelle et affective. Que t’as quelqu’un avec qui partager des moment bons comme mauvais. Quelqu’un avec qui te fixer, te poser, faire des projets. Quelqu’un qui rit à tes blagues même pourries, qui te remonte le moral quand t’es au plus bas en ondulant pour toi ou en te faisant des pas de loup, qui t’écoutes chouiner sur la comtesse, qui te caresse le dos quand t’es malade, te tiens les cheveux quand tu vomis. Quelqu’un avec qui échanger à toute heure du jour et de la nuit. Avec qui regarder des séries, partir en voyage, ou juste lire côte à côte. Quelqu’un qui t’aimes, te respectes et te fait te sentir jolie même avec les cheveux gras et en survet. Quelqu’un avec qui prendre ton pied régulièrement et des fois plusieurs fois d’affilé. Quelqu’un qui a fini par connaître tes goûts, tes désirs, tes attentes au lit et qui les comble. Mais aussi bien et profonde que soit ta relation, il n’y a plus CE moment, parce qu’il n’a plus lieu d’être, ta proie tu l’as eu, et tu l’as gardé. T’as rengainé le mode chasseuse et tu as basculé dans le mode survie. C’est bien, mais des fois c’est frustrant un peu. Mais c’est la vie et dans l’ensemble c’est pas grave parce que contre CE moment il y a TOUS CES moments qui compensent.

Mais si un jour Chéri et moi on se sépare et que je retourne sur le marché, je ne suis pas sure de pouvoir retrouver CE moment. J’ai l’impression que le monde a évolué sans moi et trop vite pour moi. Quand je repense à mes plans Q, je m’apperçois qu’ils étaient plus des sexfriends que des plans Q, c’était des potes à moi, que je connaissais, avec qui j’échangeais avant d’entrer dans un jeu de séduction. Je ne sais pas si je serais capable de pécho sur des sites de rencontre. Je suis même sûre que non. Pour la simple et bonne raison, que mon super-pouvoir de séduction, comme tous les autres aspects de ma personnalité, j’ai besoin de temps pour le lancer. Faut que j’accumule du power, que je monte ma jauge au max avant de pouvoir lancer mon combo. Je suis un petit animal sauvage, si tu ne me laisses pas le temps de m’adapter à toi et que tu passes ton chemin en te basant sur la première impression, je ne pourrais pas te montrer que j’aime être caressée et que je sais ronronner, m’exposer et te rendre tes caresses ;-p

Bon après, quelque part je m’en contre-fiche un peu pour le moment. Je veux dire Chéri et moi on a pas prévu de se séparer dans l’immédiat (du moins pas à ma connaissance), mais je serais naive de me voiler la face. J’ai trouvé mon prince charmant, mais personne ne sait de quoi sera fait le lendemain. S’il ne va pas me quitter pour une autre princesse ou si moi je ne vais pas rencontrer un Blutbad ou un fils du vent du Nord. J’espère juste que si c’est moi qui me fais larguer, je ne serais pas trop vieille et/ou dépasser, ou que je n’aurais pas oublié comment marche mon super-pouvoir. Mais bon, il paraît que c’est comme le vélo. Au pire j’enlèverai la selle tchic blam blague graveleuse de merde le retour :-p

Publicités
Cet article a été publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre, Je suis une biatch comme les autres, Petite Sushie deviendra grande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour I’m sexy and i know it

  1. jerome dit :

    Une sacrée romancière !
    « je ne sais pas comment j’envoie les signals[…] »
    Un cheval > des chevals . C’est bien connu. 😉

    Je suis plutôt vampire que Blutbad.
    Sushie San faudrait quand même arrêter un petit peu l’autoflagellation ! 😮

    J’ai quelque chose de drôle et à mes dépens. Je suis tombé en pâmoison d’une jolie demoiselle, le problème est qu’elle est lesbienne…
    Monde de merde.©

    • sushiesan dit :

      Je ne vois pas de quoi tu parles pour les signaUX *se tortille* … oui bon ça va, c’était dimanche matin, j’étais debout depuis 6H alors que je m’étais couchée à 00H passé et je me suis relue qu’à moitié. Je suis un être humaiiiinnnn !!!
      Les vampires j’ai eu ma période, les Blutbads c’est plus rassurant, j’aime les bourrins au coeur tendre :-p
      Moi ? M’autoflageller ? Où ça ??? C’est trop pas mon genre ! Non en plus pour une fois je m’envoie des fleurs là ! Non ?!!!
      Pas cool pour ton problème :-/ Tu vas trouver, j’espère !

  2. jerome dit :

    On se tutoie ? Ok. 🙂
    Toujours des excuses. :p Fallait relire l’autre moitié ! Chipie ! Maintenant que tu es passée sur desinformations.com tu te dois d’avoir de le rigueur pour tes nouveaux lecteurs. [ 😉 ]

    Des fleurs ? Des roses avec des jolis piquants ? 😀

    Je te remercie. 🙂 J’irai à Kiloutou… (Moi ? odieux ?)

    • sushiesan dit :

      Désolée, l’habitude, j’ai pas beaucoup de fans, du coup je tutoie mes lecteurs, mais si ça te/vous dérange pas de soucis, le vouvoiement me va ^^
      Je suis désolée, je vais demander à ce qu’on me fouette cul nu sur la place publique et qu’on me jette du sel et du verre pillé pour laver l’affront fait à mes lecteurs 😥
      C’est jolie les roses, et puis ça sent bon, les piquants c’est comme tout dans la vie, faut juste faire attention et manier avec précaution 🙂
      Comme je disais à un ami qui regrettais de ne pas avoir pu faire les soldes, va acheter en russie, elles sont pas chères :-p

      • jerome dit :

        Nous sommes fonctionnaires donc le tutoiement est nécessairement de rigueur camarade ! 😀
        Je pensais plutôt le goudron et les plumes. 😉
        L’idée est bonne mais le cyrillique me fait pas trop rêver. 😥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s