Construis ton bonheur

image

19/10/2013 : Cet article ne paraîtra dans son intégralité qu’au mois de novembre, mais j’avais envie de l’écrire peu à peu. J’ai rendez-vous le 1er novembre pour mon quatrième et dernier pour le moment tatouage. A la base je voulais pas spécialement avoir un rendez-vous si tôt. Je voulais un quatrième tatouage, mais je n’étais  pas sure de savoir vraiment ce que je voulais, et puis Belle-Soeur-Bonnasse a voulu qu’on aille chez mon tatoueur, pour faire chiffrer son projet. Et puis bon, j’étais là, devant Lilou, la dessinatrice, et je lui ai donc demandé de me dessiner et chiffrer le projet que j’avais pour mon quatrième et dernier tatouage, un mantra que je voulais pour le coté de mon bras droit.

Il m’a plu, le prix était abordable et j’ai pris rendez-vous. Et puis il est important pour moi. Autant la signification des 3 autres n’a pas encore fait l’objet d’un article je suis pas sure que ça vous intéresse, autant j’ai besoin envie de faire un article sur celui-là.

Une amie que je veux rencontrer dans la vie vraie mais on y arrive pas m’a dit sur Twitter que je devrais attendre, c’est vrai que mon 3ème vient à peine de finir de cicatriser, mais j’ai pas envie, j’ai besoin de faire ce tatouage maintenant. Il est le dernier avant longtemps. Avant celui que je ferai pour mes enfants, donc pas avant 3 ans minimum ! Je sais je sais, « c’est ce qu’on dit » … Mais je le sais. J’en suis sûre !  C’est le dernier. Il marque la fin et le début. Il symbolise la fin d’un cycle, d’une période, d’un moi que je veux laisser derrière moi, et le début d’une nouvelle ère, d’un nouveau moi. Il symbolise le sens que je veux donner à ma vie. C’est un mantra que je tatoue à l’intérieur de mon bras, pour me rappeler par où je suis passée, les épreuves qu’il me reste à franchir pour arriver là ou je veux aller. Il me rappelle que comme toute construction ce sera long, laborieux, coûteux. Ça va prendre du temps, de l’énergie, il risque d’y avoir des retards dans la livraison, y aura toujours des choses à reprendre, à entretenir, mais ce sera ma vie, mon œuvre. Celle que j’ai imaginée, rêvée, que je me suis donné les moyens d’obtenir, celle pour laquelle je me donne du mal juste pour la garder/maintenir. Je veux me rappeler, mais je veux surtout quelque chose à quoi me raccrocher quand je doute, quand je suis négative, quand je bascule de l’autre côté du côté obscur de la force. J’ai vécu des choses ces dernières années, vaincu des obstacles, je commence enfin à sortir la tête de l’eau, je veux me rappeler que le bonheur ne nous est pas dû, il se construit, qu’il nécessite des efforts, des sacrifices, nécessaires et que c’est nous qui nous choisissons notre destin, qui nous donnons les moyens d’être heureux, nous et nous seuls !

23/10/2013 : Je n’ai dit à personne (à part Chéri qui partage ma vie, et Belle Soeur qui était avec moi le jour du rendez-vous, et à vous sur Twitter bien sur, mais j’étale ma vie intime sur Twitter, c’pour ça ^^) que j’allais me faire un quatrième tatouage, et encore moins le motif. Pas que j’en ai honte, mais parce que je n’ai pas envie que les gens me salisse mon projet. Et puis parce que celui-la je le fais pas spécialement pour qu’il soit vu, mais vraiment pour moi. Et je suis bien contente de le faire maintenant, que j’aurais des manches longues, pour éviter les questions auxquelles je n’ai pas envie de répondre. Pas même à mes copinettes. Je n’ai pas peur que les gens me jugent, en fait je m’en balance de ce qu’ils pensent. C’est juste que c’est un peu comme si j’étais enceinte. C’est personnel jusqu’à ce qu’on ne puisse plus le cacher. Mais avant, tant que ça ne se voit pas, on veut le garder pour soi, encore un peu, pour que ça n’appartienne qu’à nous. Pour préserver notre bulle des ravages du temps et de la réalité. Je ne vais pas spécialement le cacher quand je l’aurais fais, mais je ne vais pas spécialement le montrer non plus. Les gens le verront s’ils font attention à moi, ou pas. Je vous le montre à vous, je vais surement le montrer sur Twitter, mais parce que SushieSan personne ne la connait vraiment, du coup les gens ne peuvent pas l’atteindre comme ils peuvent toucher le moi irl. C’est flou, même pour moi, comme sentiment, mais voila. Et puis le fait d’avoir pris un rendez-vous le 1er novembre, jour férié, je n’aurais de compte à rendre à personne de ou je vais, pourquoi faire et pourquoi çi et pourquoi ça. Pas envie de me justifier, c’est ma vie, mon corps, mon combat.

24/10/2013 : pensées du jour :
image

image

Je viens de comprendre le cycle de mes tatouages :
image

Le premier. J’étais jeune. J’aimais pas mon corps. J’avais l’impression de ne pas être désirable. Qu’aucun homme ne voudrait jamais caresser mon corps. M’aimer. J’avais besoin de me le réapproprier. D’apprendre a l’aimer. De me sentir belle. Désirable. Les deux côtés de ma personnalité cohabitant, unies, sur un nuage parce que je vis dans mon monde. Je suis une rêveuse.

image

Le 2nd est un hommage au passé. A ceux qui ne sont plus là mais que je n’oublierai jamais. Que je garderai a jamais dans mon cœur. Mes étoiles dans le ciel. Mais aussi pour l’étoile filante, qui me guide dans la nuit et me redonne espoir.

image

Le 3eme est l’ancrage dans le présent. Les fleurs de cerisiers japonais. Pour leur beauté. Pour leur renouveau. Leur cycle qui se renouvelle sans cesse. Pour le Japon.

image

Et le 4eme est ma foi en l’avenir. Mon mantra. Je veux construire mon bonheur et croire en lui.

30/10/2013 : Je sais que le prochain sera le dernier avant quelques années (pas le dernier tout cours, j’en veux encore deux autres, surs, mais pas encore). Déjà parce que mon corps souffre (3 tatouages en moins d’un mois et demi : 21/09, 27/09 et 01/11 + deux grains de beauté dans le dos, qui n’ont pas encore fini de cicatriser : 3 points pour l’un, 4 pour l’autre), ça tire, ça saigne, il faut désinfecter, crémer, hydrater, surveiller, éviter les bains, et les efforts. J’aime mes tatouages, celui du poignet ne m’a pas fait mal du tout, je n’irai pas jusqu’à dire que c’était agréable, mais c’était pas douloureux. Celui du pied, j’ai eu mal, pas quand elle allait sur la cheville, mais sur le dessus du pied, là ou il n’y a que la peau sur les os, là j’ai senti ma douleur, ma sœur m’aidait en me donnant ses technique de respiration appris pour l’accouchement, au moins je rigolais ^^ Je ne regrette rien, mais je n’en aurais pas fait un autre sur le pied de suite de suite, et lorsque l’heure et quart a finie j’étais bien contente. Mais je sais que c’est pas « normal », pas « naturel », on écorche notre peau, on la griffe, la déchire, pas en profondeur certes, mais quand même, on la malmène, et  même si après on l’hydrate et la soigne, on ne l’en bouscule pas moins, et mon corps me dis stop !! Entre ma peau et mes crises d’estomac, j’ai l’impression de passer mon temps à prendre des médocs ou mettre des crèmes cicatrisantes. D’ailleurs je suis actuellement un traitement préventif, pour rééduquer mon estomac, le dernier de mes tatouages est la pour rééduquer mon esprit.

La douleur physique pour éviter de penser ? Pour oublier ? J’ai toujours fonctionné comme ça. Pas au point de me scarifier, pas au sens du terme en tout cas, mais oui. Avoir mal pour ne pas penser. Endurer la douleur en silence pour se prouver qu’on est pas  faible. Avoir mal pour se prouver qu’on existe, qu’on est en vie, mais mon corps et mon esprit ont besoin de repos. Je veux ce quatrième tatouage pour mon cheminement intérieur vers mon épanouissement personnel, mais j’ai aussi besoin de laisser le temps à mon corps de cicatriser, et le temps à mon esprit de faire sien les préceptes que je veux faire miens. Je ne veux plus être dans cette fuite en avant, cette sensation d’irréalité de ma vie, l’inutilité de mes actes devant l’immensité de l’univers. Je veux juste me poser pour un moment, apprendre à me satisfaire de ce que j’ai, de ce que j’ai obtenu, recharger mes batteries pour repartir au front, pour gagner d’autres batailles.

02/11/2013 : voilà. C’est fait. Je l’ai fait. Mon 4eme et dernier tatouage pour le moment. J’ai reussi a garder le secret jusqu’au bout. Certains de mes proches ne l’ont même pas encore vu. J’en suis très contente. Il a duré 25mn et je n’ai pas eu mal. Ça a un peu brûlé des fois mais rien d’insurmontable. Chéri était avec moi. Il a pris sur sa soirée avec ses potes pour rester avec moi. Et ça m’a fait plaisir. Je lui avais dit que je pouvais faire ça seule. Y aller seule. Limite je préférais etre seule parce que c’est un tatouage dont la symbolique est importante pour moi. Pas tant dans le message en lui même que pour tout ce qu’il implique dans ma vie. Le sens qui l’entoure. Je n’ai BESOIN de personne pour construire mon bonheur, et surtout pas d’un homme. Mais chéri était la pour moi et c’était mieux parce que OUI je n’ai pas besoin de lui mais j’ai ENVIE de l’avoir a mes côtés pour construire mon bonheur. Bien sûr que seule c’est possible. Mais c’est plus agréable a deux et en se sentant aimée et soutenue 😉
image

Il ne manque plus que du courage et un zeste de chance 🙂

Publicités
Cet article a été publié dans Petite Sushie deviendra grande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Construis ton bonheur

  1. il est superbe en tout cas e tj’iame bien le emssage
    xxo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s