L’appart-qui-fuit

20120727-150421.jpg

Attention, article super méga long, mais il fallait au moins ça pour mon retour ^^

Bon j’ai récupéré ma connexion internet, les cartons sont à peu près tous déballés (je n’irai pas jusqu’à dire « rangés » hein) et la maison (parce que ouiiiiiii maintenant on a une maison, mais je n’arrive pas à m’y faire, je dis toujours « l’appart ») a presque l’air habitable ^^

Les problèmes de l’appart-qui-fuit ne seront bientôt plus que des mauvais souvenirs, c’est pas encore tout à fait fini, mais on l’a quitté, et du coup je peux désormais vous en parler, sans m’énerver et sans pleurer sur mon sort ^^

L’appart-qui-fuit c’est une histoire merveilleuse, un truc, je vais te le raconter tu vas voir, je vais te vendre du rêve ^^

L’appart-qui-fuit était pour Chéri et moi notre deuxième nid d’amour, mais s’est avéré être en fait un nid de serpent qui nous défoncé tant au niveau psychologique qu’affectif (oui je dissocie les deux, tu vas comprendre).

L’appart-qui-fuit, on y a emménagé en avril 2010, à l’époque je sortais d’une grosse dépression nerveuse liée à mon travail de l’époque et à l’éloignement avec ma famille et mes amis du fait que nous habitions au pays-des-mouettes, et que je travaillais dans la-grande-ville-qui-fait-peur. Parce que oui, je suis une petite chose fragile moi messieurs-dames …

Enfin bref, tout s’est passé super vite : changement de boulot, changement de maison, changement d’air, le tout en moins d’un mois. Cet appart-qui-fuit j’aurais du m’en méfier dès le début parce que du jour ou on y a emménagé, avec Chéri on s’est pris la tête. Et par la suite il n’y avait pas un jour qui ne se passe sans qu’on se dispute au moins 1 fois par jour (quand on sait qu’on y a emménagé le 15 avril 2010 et qu’on a pu en partir que le 9 juillet 2012, ce qui fait à peu près 800 jours, tu comprends que plus de 800 disputes, ben ça te mine un couple …).

Mais que je t’explique mieux, afin qu’on rigole, parce que je te jure, cet appart-qui-fuit, il était d’un bidonnant !!!

Je te le fais rapide, quand même hein : on emménage donc mi-avril, on s’aperçoit dans les premiers jours qu’il n’y a aucune ventilation naturelle, ni mécanique d’ailleurs, dans l’appartement, que ce soit dans la cuisine, dans les WC ou dans les salles d’eau (c’est pas grave, nous répond-on, vous avez une climatisation réversible, cela suffit … Je me suis renseignée par la suite, et non désolée, une climatisation réversible n’est aucunement un système de ventilation). Le volet de la chambre dans laquelle on dort (le seul volet des 3 fenêtres de l’appart, les autres n’en étant pas équipées) est en train de tomber en lambeaux (on a même ramassé un morceau de bois qui était tombé en bas, dans la rue, avec un clou qui devait faire la taille de ma main en dépassant), et pompon sur la forêt noire, la douche de la salle d’eau de notre chambre doit être condamnée, puisque malgré tous nos efforts l’odeur des égouts refoule par la bonde et rien à faire (« c’est le vieux village, c’est des vieilles canalisation, on peut rien faire, désolés »). Pas grave, on est des riches, on loue un appartement avec deux chambres et deux salles d’eau, on utilisera l’autre, et puis on s’aime, on s’en fout, c’est toi et moi contre le reste du monde.
Et à partir du mois de mai ça commence : d’abord le cumulus qui nous lâche, on le fait réparer, le proprio commence par dire oui oui, puis fait la gueule et rechigne à payer. Puis la climatisation qui commence à fuir (juin 2010), on l’a fait réparer une première fois, elle tombe définitivement en panne (juillet 2010), c’est trop cher pour réparer, le propriétaire doit nous la changer. Le 6 septembre 2010, le gros point noir de départ de tout, il pleut fort fort fort dans ma région, je suis réveillée à 4h du matin par un magnifique « ho putain j’hallucine<; » proféré par mon cher et tendre, j’allume, et que vois-je ??? Un filet d’eau (un filet hein, pas un goutte à goutte) tomber des poutres apparentes du plafond de la chambre sur nous, dans le lit, et rapidement c’est les deux poutres apparentes de la chambre + celle du couloir qui commencent à couler. Des fuites en toiture, oui oui oui. Là a commencée l’ère des bassines. Vous allez comprendre. Pas de panique, des fuites en toiture ça arrive dans les vieilles maisons, constat amiable de dégât des eaux, on s’aime toujours, c’est toujours toi et moi contre le reste du monde. Pas de stress y a point S.
En octobre, le froid commence à arriver, on a plus de clim, donc pas de chauffage, on commence à perdre un poil patience, le propriétaire vient nous la remplacer et embarque par la même les volets qu’il faut changer et repeindre en nous promettant de nous les ramener dans la semaine. On en profite pour lui demander ou nous en sommes pour les fuites en toiture et les suites à donner au « sinistre dégât des eaux », réponse : « oui mais non mais je comprends hein (mon propriétaire était un homme TREEEES compréhensif, il disait toujours « non mais je comprends hein, mais … ») mais c’est mon assurance qui veut pas prendre en charge, et vous comprenez bien que je peux pas payer de ma poche une réfection de toiture (oui on comprends), mais ne vous inquiétez pas je suis en train de voir avec mon avocat »(en octobre 2010, retiens bien les dates, notes les même sur un papier, ce sera plus drôle tu verras). Bon ok (on est des locataires cool, on s’aime toussa toussa vous vous rappelez) mais mettez nous au moins une bâche. « Euh … oui oui »
La j’accélère un peu le temps, on arrive en mars 2011, on a toujours ni volets dans la chambre (les semaines sont longues au pays de oui-oui où vit mon proprio, et on a toujours des fuites en toiture. Fuites qui nous obligent à fuir la chambre dès qu’il pleut en mettant des bassines partout, fuites qui me font devenir la meilleure amie de l’application aïefoune météofrance, que je consulte compulsivement 10 fois par jour, tous les jours pour être sure qu’on ne sera pas de nouveau surpris par la pluie dans le lit.
On est en mars 2011 et l’assurance de mon propriétaire ne lui a toujours pas donné le feu vert. On est en mars 2011 et mon propriétaire « comprends (toujours) hein mais … ».
On est en Mars 2011, Chéri et moi on se dispute tous les jours, on ne sait plus si c’est toi et moi contre le reste du monde ou toi contre moi. Chéri veut que nous arrêtions de payer le loyer, moi je veux faire ça dans les règles (quelle conne naïve je fais).
On est en mars 2011 et entre temps on s’est aperçus qu’on avait des souris et des cafards dans tout l’appartement.
On est en mars 2011 et depuis l’emménagement on passe 2 bouteilles de destop canalisation tous les mois parce que la salle de bain qu’on utilise (celle à côté du garde manger – qui était indiqué comme une «deuxième chambre» dans le bail mais qui fait à peine 6 m²) se bouche dès qu’on l’utilise et l’eau s’écoule mal.
On est en mars 2011 et je demande au TI un commandement de faire et l’autorisation de consigner mes loyers (que je continue à lui payer plein pot par virement tous les 5 du mois).
Le TI délivre une ordonnance d’injonction de faire, et convoque au 10 mai devant le TI pour une audience de conciliation dans le cas contraire. Et c’est la que ça devient poilant tu vas voir ^^
On fait venir les services de police municipale (dans mon petit village c’est eux qui s’occupent de l’hygiène et la sécurité) qui constate l’insalubrité de l’appartement et mettent le propriétaire en demeure de remédier à ces problèmes (hors le problème de l’humidité et des fuites en toiture, puisque il y a déjà une affaire en cours).
Début mai le propriétaire (qui est venu nous amener les volets dans le laps de temps d’un mois de l’ordonnance, comme quoi c’est un brave homme quand même dans le fonds. Hein, Quoi ? Les volets ne ferment pas parce qu’ils ne sont pas à la bonne taille ? Rooooo mais vous chipotez hein !!! Bon il reviendra dans la semaine ( !) nous les raboter (ben oui on est des mauvais locataires qui n’avons même pas de ponceuse à bois, on cherche la merde aussi) et puis pour les fuites et cette histoire d’ordonnance là, on a abusé un peu quand même parce que bon il « comprends hein mais … » (oui on connaît le refrain maintenant)) m’appelle pour me dire qu’il vends l’appart-qui-fuit (mwhahahaha) et veut savoir si je serais intéressée pour le racheter (re-mwhahahaha) et puis pour le 10 mai là, je vais pas aller jusqu’au bout hein ? Si ? Mais enfin, il « comprend hein mais …. » Et donc je lui dis « qu’on comprend hein mais … mais on ira jusqu’au bout ! »
Le 6 mai (le vendredi juste avant l’audience, qui était un mardi) le connard proprio (oui c’est devenu le connard proprio à ce stade là) prend une avocate et bon, l’audience ne peut pas se tenir, elle vient de récupérer le dossier, il lui faut le temps de le consulter (hein ? quoi ? Mais attends une minute (petit arrêt sur image s’il te plaît), elle « prends à peine connaissance du dossier » ? Mais, (rapide retour en arrière Marcel plizzz) et « ses contacts avec son avocate afin de porter plainte » ??? On en est ou ???), du coup demande de renvoi. Et vu que le juge c’est pas un crevard ben il accorde le renvoi, mais vu que la juridiction est encombrée ben désolée mes lapins, mais l’affaire est renvoyée au 12 octobre 2011. Et la consignation des loyers, ben on la jugera à ce moment là, continuez de payer en attendant …
Et là je te la fait rapide parce que bon, sinon on n’est pas sortis :
– septembre : les services de police reviennent constater que rien n’a été fait pour l’insalubrité (ha si, on est vache, le connard propriétaire est venu pendant l’été, nous poser des grilles de ventilations factices dans les salles de bain et le WC, grilles qui donnent sur le placo, donc ni vers l’extérieur, ni sur une VMC) et saisissent le Procureur de la République pour l’insalubrité de l’appart-qui-fuit.
– octobre : affaire renvoyée début-novembre. Oui parce que bon entre temps le connard proprio a appelé en garantie l’assurance du couvreur qui aurait apparemment refait la toiture il y a deux ans, du coup il invoque la garantie décennale, et que bon il faut lier les deux affaires, normal. (Mais attends, arrêt sur image bis, retour en arrière bis, le proprio n’était pas « en train de voir avec son avocate pour poursuivre le couvreur » en octobre 2010 déjà ???)
– début- novembre : affaire renvoyée fin janvier 2012 parce que l’avocat de l’assurance doit avoir le temps de prendre connaissance du dossier.
– Fin janvier 2012 affaire plaidée, mise en délibérée au 27 mars 2012.
– 27/03/2012 : le juge constate notre préjudice, mais il ne peut pas vraiment savoir si la responsabilité est celle du connard proprio ou celle du couvreur (la grande question des débats n’étant plus : « est-ce que les locataires prennent la flotte à chaque fois qu’il pleut donc autorisons-les nous à consigner les loyers et à toucher des dommages et intérêts en attendant qu’ils puissent se barrer ? » mais plutôt « bon oui les locataires prennent la flotte, oui ils ont droit à des dommages et intérêts, mais la toiture a-t-elle oui ou non était refaite en 2010 et donc qui dois payer ??? ») et nomme un expert judiciaire dont la mission débutera à compter de la consignation de ses frais et durera 3 mois, l’assurance étant condamnée à payer la consignation pour l’expertise. Et la consignation des loyers ??? Ben on la jugera en même temps que le reste, en octobre 2012.
Là deux remarques : 1 / tu te demandes mais pourquoi diable ne se sont-ils pas barrés dès le début ??? Ben je vais te répondre parce que Chéri était au chômage, qu’on avait qu’un salaire pour deux, qu’au vu de la conjoncture actuelle trouver un appart avec un seul salaire ben c’est comme vouloir que le pape benoît 16 soupapes défile avec la gay pride, et qu’on avait fait une demande de logement sociaux à laquelle on avait jamais eu de suite (mais un jour je te parlerais peut être de comment fonctionne les HLM et tu verras, c’est aussi drôle que l’appart-qui-fuit finalement ^^)
2 / A ce stade de la procédure, Chéri a trouvé du boulot, on gagne bien nos vies, on peut se barrer, on se dit chouette chouette chouette, la situation se débloque, dès que l’expert est passé on commence à chercher. Cons naïfs que nous sommes ^^
– juin 2012, l’assurance n’a toujours déposé les fonds pour la mission de l’expert (ils ne voient pas l’intérêt de la procédure et donc ne paieront pas), on craque on est prêt à payer nous. Ha oui, mais non, les juridictions françaises ça te vends du rêve, tu ne peux pas consigner comme ça, c’est l’assurance qui a été condamnée à payer, il faut demander au juge l’autorisation de payer à leur place. Dépôt d’une requête en ce sens, audience fixée, entre temps l’assurance paie. Le jour de l’audience le juge constate que les frais de l’expert ont bien étés consignés et ordonne le début de l’expertise, qui durera donc 3 mois. Nous on a trouvé une maison, on veut se barrer, on laguis que l’expert passe, on est prêt à payer deux loyers (on videra nos comptes épargne).
– Le 6 juillet l’expert passe (ENFIN), on a eu les clés de la maison le 2 juillet, on a envoyé notre lettre de résiliation de bail dès qu’on a eu connaissance de la date de la venue de l’expert (on a pas de préavis à respecter, l’appart a été constaté insalubre), le 9 juillet je fais l’état des lieux de sortie de l’appart-qui-fuit et je rends les clés.

Maintenant on attend l’audience d’octobre au sec ^^

Voila pour le côté psychologique, presque deux ans (21 mois) de fuites, plus d’un an de procédure. 21 mois à guetter le moindre signe de pluie. 21 mois à sursauter au moindre bruit de gouttes. 21 mois à se demander, à la moindre exclamation de Chéri, au moindre « pfff » ou « putain », « qu’est ce qu’il y a encore, qu’est ce qui nous tombe encore dessus ? ». 21 mois à pleurer parce qu’on en peux plus, qu’on veut juste se barrer dans un appart qui ne fuit pas et qu’à la limite le procès on s’en fout. 21 mois à dormir dans une pièce de 6 m², afin de ne plus être obligés de quitter la chambre en pleine nuit, mais dans laquelle on a, du coup, que la place de mettre le matelas par terre, et à se demander si on va pas retrouver des cafards ou des souris dans son lit au réveil. 21 mois pendant lesquels, même en vacance et loin, on se demande s’il ne vas pas pleuvoir, si les bassines seront suffisantes, si elles sont bien placées, … voila ce que j’appelle « nous a usés psychologiquement ».

Pour le côté affectif, je n’ai pas envie de rentrer dans les détails, certaines d’entre vous les connaissent (les détails), et pour les autres rien de bien innovants, on est ni les premiers, ni les derniers. Mais je vous ai déjà dit qu’on se disputait tous les jours dans cet appartement, disons qu’il ne me manquera pas, parce que je n’y ai strictement aucun bons souvenirs, pas un seul.

Dans cet appart on s’est demandé si on ferait pas mieux de se séparer, plusieurs fois (mais vraiment nous demander, l’un à l’autre, pas chacun dans son coin, des remises en question de notre couple qui finissait par « je me demande si on ferait pas mieux d’en rester là »), dans cet appart j’ai décidé de suivre une thérapie (pour la première fois en 27 ans, une des seules choses de bien que cet appart ai fait pour moi) pour sauver mon couple. Dans cet appart on a décidé d’acheter, puis finalement non parce qu’il ne se sent pas prêt. Dans cet appart j’ai renoncé à mon désir d’enfant pour le moment. Dans cet appart j’ai du lui pardonner de m’avoir trompé, une fois, il y a longtemps, pour réussir à aller de l’avant. Dans cet appart j’ai du l’écouter me dire qu’il ne savait pas s’il était heureux avec moi, l’entendre dire qu’il n’est pas heureux mais qu’il n’arrivait pas à savoir si c’est l’appart ou nous.

Dans cet appart j’en ai chié, et mon couple aussi, mais maintenant je l’ai quitté, j’entame une nouvelle vie. On entame une nouvelle vie. Je ne sais pas ou on va, mais on y va, et d’une façon ou d’une autre, ça ne pourra qu’être mieux.

Au revoir appart-qui-fuit, bonjour maison-shambalha.

Publicités
Cet article a été publié dans Elle est passionnante ta vie, écris un livre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’appart-qui-fuit

  1. Poppy Rawson dit :

    Ouais, même en sachant déjà tout ça, en lisant l’article je me demande encore comment vous avez fait pour tenir !

    • sushiesan dit :

      Je me demande aussi. Moi qui n’ai j’aimais été patiente, j’ai atteint les bornes de mes limites entre cet appart et Chéri qui est reste « homme au foyer » pendant 16 mois 😉

  2. Loupy dit :

    Enfin, cette foutue affaire est finie, joie et soulagement dis moi !! Je vous souhaite tout un tas de bonheur dans cette nouvelle maison ❤

  3. ban dit :

    je suis curieuse de savoir comment c’est fini l’histoire; car j’ai l’impression de vivre la même chose (moi depuis seulement 6 semaines) …

    • sushiesan dit :

      Ha Ben figures toi qu’elle n’est pas finie !!! Elle devait être jugée hier mais a ENCORE été repoussée, au 28/03/2013 (ce qui portera a deux ans la procédure donc). L’expert n’avait pas rendu son rapport et le couvreur s’est constitué (ça veut dire qu’il a pris un avocat) en septembre du coup demande de renvoi, accordée.
      Heureusement qu’on y vit plus dans cet appart.
      Donc faut pas être pressé et avoir du temps, de l’énergie et du courage, … Mais bon. Normalement quand ce sera ENFIN fini, on devrait récupérer des dommages et intérêts compensatoires. Et puis c’est peut être juste moi qui n’ai pas eu de chance et que ton affaire, si elle est portée devant les tribunaux, sera jugée plus vite.
      En tout cas, bonne chance et bon courage !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s