Manges pas ça (grosse vache) !!!

20120110-213429.jpg

J’ai toujours aimé manger. Quand j’étais petite le goûter c’était un sandwich au jambon, ou du pain-huile-et-tomate (avec une pointe de sel, un régal), sandwich au saucisson voire saucisson et tomate. Et le mercredi mes grands-parents paternels (espagnols) nous gardait et le petit déjeuner c’était un bol de lait en se levant et à 10h le petit déjeuner : sandwiches (les mêmes qu’au goûter). J’adorais les goûters et les déjeuners quand j’étais petite.
Parfois, en hiver, le goûter c’était du chocolat chaud dans lequel on trempait des madeleines valenciannes, ou de la brioche des rois.
Et puis sont arrivés et devenus récurrent les « manges pas ça » « arrêtes de manger » sous entendu t’es déjà assez grosse. Et puis les « tu manges encore ? » « qu’est ce que tu manges ? » « tu vas pas te resservir, t’as vu l’assiette que t’avais, et le gouter que t’as pris ? » « viens pas te plaindre que t’es grosse après » (mais avant que tu me fasse remarquer dès que je mange un truc comme si c’était la fin du monde, je me voyais pas grosse (ou alors je me voilais la face)).
J’ai grandi, suis devenu celle que je suis en ayant de moi l’image d’une grosse faignasse qui passe son temps à bouffer et bien fait pour elle si elle a un gros cul, elle avait qu’à moins se gaver la truie !!!
J’ai arrêté de goûter, j’ai essayé du moins. En rentrant du lycée c’était pas dur, j’arrivais en général chez moi à 19 heures passée. Remplacé la bouffe par des livres, mais les réflexions à table et le week-end étaient les mêmes. Me suis résignée. J’étais (je suis) un estomac sur pattes. Une truie. Une grosse vache. Toujours à bouffer ou à penser à la bouffe (Si j’étais un mec je serais Joey dans friends). D’ailleurs j’ai jamais fait du 34 ou du 36, directe au 38. Alors qu’elle ma tite soeur, ma bombasse, elle a toujours été fine, même aujourd’hui elle fait du 32 (quand c’est pas du 12-14 ans, elle fait 1m50 pour à peine 40 kilos, dont 10 kilos juste de seins au moins, donc elle s’habille au rayon enfant), elle pouvait manger (et mange toujours) tout ce qu’elle veut, elle grossis pas. Elle goutait autant que moi mais jamais de réflexion à elle, pas la peine, elle est belle elle, pas comme sa sœur, ce tonneau. En plus manque de bol, j’avais pas de seins, c’est ballot quand on y pense.
Et puis j’ai pris la pillule, pris une taille de plus, adieu le 38 bonjour le 40, adieu le 85A bonjour le 90B et bonjour vergetures, bienvenue sur mes seins et mes hanches. Paraît que je suis une femme amphore. Mon corps est fait pour enfanter 🙂
J’ai aussi appris à vivre avec la faim, on s’y habitue, ça devient une partie de nous. Les réflexions, elles étaient toujours la, mais on s’y habitue aussi. Parfois, quand ça allait pas, je mangeait (bouffait) en cachette, je m’empiffrais, me dépêchais, j’enfournais ce qui passait et avalait direct, sans mâcher. J’ai appris à ouvrir les placards (et les sachets de chips et de gâteaux) sans bruit, en guettant si quelqu’un arrivait, pour éviter les phrases assassines, phrases que j’entendais quand même dans ma tête.
J’aimais l’hiver parce que je remplaçais le goûter par des oranges, sur mon lit, ou devant ma télé, j’avais mon orange, mon couteau, ma serviette et mon sel (oui mon sel, saler une orange fait ressortir le goût, essayez si vous connaissez pas, pas trop, juste une pointe vous verrez) et la au moins, pas de réflexions.

Aujourd’hui, cela fera un an bientôt que j’ai commencé la chrononutrituon, j’ai perdu 14 kilos, j’aimerais en perdre encore 3, atteindre la barre des 55kilos et y rester. Je ne vois pas la différence dans mon miroir, je suis toujours cette petite grosse au gros cul et aux petits seins. J’ai retrouve mon 38 (« comme quoi c’était pas ta pillule, c’est parce que tu bouffais trop » ma gentiment fait remarqué ma tite sœur, sa façon à elle de m’encourager à continuer à faire attention). Je goutte plus ou presque, et seulement le goûter auquel j’ai droit (chocolat noir et fruits), le petit déjeuner 60 g de pain et du fromage. Je mange plus entre les repas, même quand j’ai faim. Même quand on me propose des gâteaux ou de la galette des rois, plus de chocolat chaud et plus de sucre dans mon thé. Plus d’écarts même quand j’ai pas le moral, même quand ça va pas au point que je n’ai qu’une envie c’est de m’empiffrer jusqu’à l’overdose de bouffe. Je tiens. Je résiste. Je pense à mon 38 que j’ai pas envie d’abandonner, sauf pour des habits de grossesse. J’ai donné tous mes habits, si je regrossis je serai à poil 😉
Ils ne me font plus de réflexions, je ne vis plus avec eux (bien que ma tite soeur m’ait déjà reproché 5 ou 6 fois en l’espace de 2 jours de ne parler/penser qu’a bouffer), plus besoin, maintenant c’est moi qui me les fait ces réflexions. Elles sont ancrées en moi je pense. C’est con une fille parfois souvent.

NB : je sais pas pourquoi je vous raconte tout ça, peut être en partie parce que j’ai mangé une orange dans mon lit (mais sans sel, je ne sale plus rien depuis que j’ai lu que ça favorisait la cellulite et qu’il y en avait suffisamment dans nos aliments) ce soir et que ça m’a rappelé le lycée et la fac, peut être en partie aussi parce que je suis dans une période ou j’ai besoin d’une overdose de bouffe et que si je m’écoutait j’alternerais les en-cas sucrés puis salés puis de nouveau sucrés puis en fait j’ai envie de finir sur du salé, et puis encore une touche de sucré, oh et puis un dernier mais salé.

Publicités
Cet article a été publié dans Petite Sushie deviendra grande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Manges pas ça (grosse vache) !!!

  1. Thé Citron dit :

    Les gens… Les gens…. Moi, on m’a jamais rien dit. On aurait ptêtre dû me dire quelque chose (mais pas autant qu’à toi parce que là c’était du harcèlement) pour que je fasse attention plus jeune…
    La conclusion de ce traumatisme c’est que ton rapport à la bouffe est pas bon du tout… Bravo les parents. Bravo la sœur!

    • sushiesan dit :

      On s’y habitue, ils avaient raison en même temps, enfin je me dis qu’ils me le disaient pas juste pour ma faire mal. En même temps, j’ai perdu 15 kilos et ils continuent à surveiller ce que je mange et à me dire de pas manger ci ou pas, et mon père m’a même dit vendredi dernier : « heureusement que t’as maigris, t’étais vraiment trop grosse, presque obèse, bouffie en tout cas », merci papa, moi aussi je t’aime …

  2. Magali dit :

    Je me reconnais énormément dans ton histoire. Ma sœur et ses copines me surnommaient « boulette » notamment par ce que j’en faisais tout le temps, mais par ce que j’avais des grosses joues. Le gouter pour moi a toujours été vitale, et même maintenant j’arrive pas à m’en passer. Je ne pense, ne vie que pour la bouffe. J’y pense tout le temps. C’est une obsession.
    Comme toi j’ai appris à ouvrir les paquets de gâteaux sans bruit, a manger vite sans laisser de trace, j’ai séché les cours pour manger. Puis j’ai appris à vomir sans bruit.
    Maintenant que je vis seule, je fais tout dans le plus grand bruit, j’ai l’impression d’être folle parfois, de ne pas être comme tout le monde.
    ça fait depuis maintenant 5 ans que je me bas contre moi même, et contre cette nourriture. Et je suis si fatiguée.
    Je t’ai écris une tartine je suis désolé, c’est juste que ton article, m’a touché et fait du bien.

    Bon courage à toi.

  3. Alizarine dit :

    Moi aussi j’ai commencé à me voir grossir dans le regard des autres à cause de petites réflexions. Je n’ai pas eu le droit au harcèlement que tu as subis (#choking !) mais il y avait des remarques, dans ma famille surtout. Par contre, j’ai été longue à vraiment comprendre… Petite, j’étais une crevette, à se demander si c’est bien moi sur les photos ! Ado, jusqu’à mes 14-15 ans, ça allait. Par contre, après, ça a commencé à merder sérieusement. Mais j’étais en internat avec rien que des filles donc se trouver trop grosses, c’était un lieu commun auquel on se devait toutes d’adhérer y compris celles qui étaient fines comme tout et n’avaient rien à perdre à éventuellement un os.
    Ce que je regrette, quelque part, c’est que personne n’ait eu l’honnêteté de me prendre entre 4 yeux et me dire : bon, là, y a un problème. On a voulu me ménager et finalement, ça a dégénéré.
    En tout cas, tu es sortie de cette spirale et félicitations à toi !

    • Charlotte dit :

      Je réponds à ton commentaire en même temps que je commente car comme toi, on ne m’a jamais rien dit quand j’ai commencé à sérieusement grossir. Pour me protéger certainement. Et réellement je ne m’en suis pas rendue avant d’avoir pris facilement 15 voire 20 kgs (d’autant que je ne me pesais pas). Je voyais que je ne rentrais plus dans les mêmes vêtements mais je n’ai pas vu ma silhouette changer pour autant. J’aurais préféré qu’on me le dise franchement et sérieusement, et j’aurais agi en conséquence avant que ça arrive au point ou ça en est aujourd’hui.
      Par contre, je suis également choquée par le genre de remarques que tu as reçu SushieSan, c’est le genre de choses qui détruisent plus que ça n’aide.

      • sushiesan dit :

        J’ai réalisé que j’étais vraiment trop grosse quand j’ai craqué le bouton de mon jean (qui était déjà un 42), c’est la que je me suis dit ça suffit maintenant, tu te détestes déjà assez dans la glace, il faut que tu réagisses !!!

        Pour les remarques, je ne pense pas qu’ils le font méchamment, je pense que c’est le manière à eux de s’inquiéter pour moi.

    • sushiesan dit :

      merci, tu t’en es pas mal sortie non plus, si ???

  4. VotreMajestee dit :

    Je suis vraiment touchée par ton témoignage… C’est dingue comme l’entourage peut influencer négativement et pour toujours l’esprit de son enfant et ne pas s’en rendre compte.

    • sushiesan dit :

      Je pense que c’est difficile de savoir comment s’y prendre avec son enfant, c’est pas toujours facile, et on ne se rends pas compte du mal qu’on leur fait à court ou long terme.

  5. minimini dit :

    tu ma raiment toucher, je suis un peu comme toi je me suis pris plein de reflexion quand j’etait plus jeunes et maintenan je suis grosse, je pense que si on m’avai laisser etre grosse etant petite je ne l’orai pas ete aujourd’hui. mai bon tampis faut pas se laisser abatre c ce genre de chose qui nous rendent plus fort…., plein de courrage bis

    • sushiesan dit :

      Je te remercie mais je ne pense pas avoir besoin de courage, j’ai la chance d’avoir un super entourage et surtout un mec génial qui me supporte au quotidien. Concernant mon corps j’ai réussi à perdre 15 kilos et fais du 38 à 28 ans, donc je ne pense pas être grosse (si on en croit mon entourage d’aujourd’hui, même si je n’aime pas mon corps et me trouve difforme, je sais que je ne suis pas objective, et que faire du 36/38 à 28 ans c’est loin d’être grosse, c’est juste que j’ai du mal à croire que je porte bien du 38, il faut que je regarde l’étiquette souvent pour me convaincre que non ce n’est pas un 42).
      J’ai également eu la chance de ne pas vraiment sombrer dans les problèmes avec la nourriture, et de n’avoir que des crises.
      Par contre je te comprends et te rejoins tout à fait quand tu dis que sans le regard négatif de nos parents et proches, sans parler des médias qui nous donne une image faussée de la femme « jolie et désirable » on ne serait peut être pas autant en conflit avec nos corps.
      Je te souhaite bon courage a toi et espère que tu arriveras à trouver quelque part de l’affection pour ton corps et ta silhouette, un jour, parce que ton message me donne l’impression que tu ne t’aimes pas beaucoup, non ???
      Dis toi que l’on peut être ronde, voire grosse, et très jolies. La beauté n’est pas une question de taille de vêtement ou de poids, je connais des filles qui font le double de moi et qui ont plus de succès que moi auprès de la gent masculine. Il faut s’aimer soi-même, etre sure de soi, et ne pas accorder trop d’importance aux dictats de la mode, parce que dans la vraie vie, rares sont les hommes qui aiment les chats maigres. Pas facile à faire je sais, mais on peut essayer non ?
      Bise

  6. gabacha dit :

    Je comprends tout ca,j’ai vécu la même chose toute ma vie,à la maison,à l’école,en famille (oncles,tantes,cousines etc…).pas facile quand t’es la seule petite grosse de la famille et que t’as l’impression que la terre entière est mince…resultat aujourd’hui je suis adulte et mal dans ma peau,à la moindre petite contrariété je me réfugie dans la bouffe,je me dis que tout ca n’arriverais pas si j’étais pas une grosse vache etc etc… Je donne le change en donnant l’impression aux autres que je suis une nana super bien dans ses baskets,qui s’accepte telle qu’elle est ,qui prends soin d’elle (comme le font les filles bien foutus) qui entretien sa forme en faisant même du sport (étonnant pour un gros tas surtout moi)et qui assume totalement ses formes,mais malheureusement c’est pas le cas,ce n’est qu’une facade j’ai encore régulièrement des crises de goinffrage intensif,des crises nerveuses où je pleure et m’insulte tte seule du gros tas et de la ratée que je suis.avec l’âge les réflexions et les moqueries diminue,les regards moqueurs ou dégoûtés aussi mais jamais totalement je les ai retrouvé lors des entretiens d’embauches quand on se dit que mon physique correspond pas vraiment à mon poste ou dans les réflexions pass méchantes et qui pense même être bien veillantes des copines « avec tout le sport que tu fais si tu faisais seulement un ptit peu attention ou un ptit régime tu serais vachement bien »… Bref ca n’en finira jamais,parceque même quand on te dit que t’es bien,que t’es jolie etc etc…un moment donné y’aura toujours une petite réflexion ou un regard qui ressurgira de facon inconsciente ou pas de la part de ton interlocuteur pour te signifier que « ouaih c’est vrai que là y’a du rembourrage…un peu moins ca te ferait peut être du bien » :_c en résumé je compatie.

    • sushiesan dit :

      Merci pour ce témoignage et pour tes gentils mots.
      Après j’ai la chance d’avoir ou maigrir, peut être un peu trop, maintenant on me reproche d’être trop maigre, 55kg pour 1m63, et pourtant je me trouve loin d’être maigre, ni même fine, je n’aime toujours pas mon corps, que je vois toujours tel un blob 😦
      Courage a toi !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s